samedi 26 décembre 2009

LES LABORATOIRES ROCHE AURAIENT-ILS PEUR DES INITIATIVES DE LA DGS ?

En lisant le texte écrit récemment par Marc Girard appelant à l'éthique médicale et publié en réaction à la Recommandation DGS - Urgent du dix décembre 2009, texte que je vous recommande de lire ici, je me posais la question suivante : que se passe-t-il dans les Laboratoires Roche ? Marc Girard, dans son texte, ne manque pas de faire la part entre la DGS et la firme elle-même. Pourquoi cette distinction ? Le fait-il pour tenter de mettre en défaut et l'un et l'autre ou a-t-il senti quelque chose qui clochait ?
NB. Me reportant au texte initial de la Recommandation, je me suis rendu compte qu'il existait sur le site officiel du gouvernement un justificatif aux changements préconisés, publié a posteriori en raison des protestations de certains médecins... Voici la nouvelle version "explicative".

Il me semble, mais il s'agit effectivement d'une hypothèse peut-être hasardeuse, que le laboratoire Roche se sent à la fois satisfait du chiffre d'affaire généré par Tamiflu et gêné aux entournures, je dirais même exagérément craintif sur de ce qui pourrait se produire. Comme si la position de la DGS le rendait mal à l'aise...

Entendons-nous : nous ne négligeons pas le fait que la majorité des experts vaccinaux participant aux différentes commissions ad hoc entourant la ministre Roselyne Bachelot ont eu, ont ou auront des relations commerciales, idéologiques ou intellectuelles avec la firme suisse. Il se pourrait donc que, dans ma grande naïveté, je ne vois pas l'influence directe et consciente de Roche sur ces experts aux conflits d'intérêts évidents et non assumés dont l'aboutissement ultime serait la publication de la fameuse Recommandation. Ainsi, Roche aurait tout loisir, si les choses se passaient mal, de prétendre que la firme suisse n'était en rien derrière les décisions gouvernementales françaises... Mais un certain nombre de faits me paraissent curieux.

Premier scénario : Les Laboratoires Roche ont laissé la bride sur le cou des experts en tentant de garder leurs distances afin de ne pas trop les influencer, sachant de toute façon que les objectifs commerciaux étaient atteints. Et Roche s'est rendu compte, en prenant de la distance, que les experts se révélaient encore plus royalistes que le roi ! Qu'ils faisaient mieux le travail de promotion du Tamiflu que jamais l'équipe marketing de Roche n'aurait réussi à le faire ! Il valait donc mieux continuer de ne pas apparaître et se contenter d'offrir des facilités éditoriales et / ou financières peu voyantes aux dits experts, meilleurs visiteurs médicaux qu'e les réseaux mondiaux de visite médicale formés par Roche !

Deuxième scénario : Les laboratoires Roche ont abdiqué. On leur a demandé la générication de leur molécule, ils ont accepté sans rien dire, soumis à la loi martiale du gouvernement français en état de crise sanitaire, ils ont même accepté que cela se fasse dans des conditions opaques (simple étude de bioéquivalence) et sous la houlette de l'Armée française connue mondialement pour son expertise en ce domaine, ils se sont tus. Si l'on prend l'exemple de la préparation extemporanée d'un conditionnement nourrisson à partir des gélules et désormais des comprimés sécables fabriqués par la pharmacie centrale des armées, je vous laisse juge des modifications apportées par l'équipe des potards aux ordres de Madame Roselyne Bachelot en comparant ce qui existait avant dans l'AMM (voir page 3 notamment) ou dans la notice officielle du Tamiflu, et les instructions nouvelles de l'AFFSAPS relayées par la DGS : ici. Les Laboratoires Roche laissent faire et attendent le premier gag pour souligner combien on les a mis en dehors de l'affaire.

Troisième scénario : les Laboratoires Roche sont terrorisés (ou du moins une partie des cadres de l'entreprise est terrorisée) car ils disposent de données alarmantes concernant et la dangerosité du tamiflu en termes d'effets indésirables (seuls quelques cadres de la pharmacovigilance sont au courant et on leur a demandé de se taire pour ne désespérer ni les Laboratoires Roche ni le gouvernement français) et les risques de résistance induits possiblement par une utilisation massive du Tamiflu (notamment quand les symptômes ne sont pas encore apparus, ce qui est la politique du gouvernement français). Sans compter de rares cas d'aggravation de la grippe sous Tamiflu !

Mais, mes amis, il ne s'agit que d'hypothèses.

Le troisième scénario s'est déjà déroulé avec d'autres molécules dans le passé et il n'est pas impossible, mais là nous allons très loin, que ce soient les Laboratoires Roche eux-mêmes qui alertent le gouvernement français des risques de dérive en mettant eux-mêmes des restrictions.

Bonnes Fêtes.

vendredi 25 décembre 2009

LES EXPERTS JUSTIFIENT TAMIFLU SUR DES DONNEES SCIENTIFIQUES SANS VALEUR


La Recommandation de la DGS - Urgent que nous avons commentée ici sur ce blog et qui incitait les médecins de premier recours à prescrire systématiquement du Tamiflu à tous les patients présentant une grippe clinique (dont les critères diagnostiques avaient été élargis pour les besoins de la cause) sans faire de prélèvements naso-pharyngés à titre diagnostique, nous avait paru d'un très faible niveau de preuve (accord professionnel selon la classification habituelle).

Des médecins s'étaient étonnés, des sociétés savantes de médecine générale avaient publié des communiqués sceptiques, des médecins avaient pétitionné et la caravane était passée.

Et voilà que l'InVS, le bras armé de la DGS, l'organisme aux ordres de Madame Bachelot, publie !

Et cette publication que vous pouvez consulter ici montre à quel point Madame Bachelot, lorsqu'elle pérore dans les étranges lucarnes sous le regard bienveillant de Michel Cymes en disant que (sic) la France dispose des meilleurs épidémiologistes du monde et des virologues les plus éminents dans le même métal, confirme le point de vue que nous avions exposé : cette recommandation (sic) est fondée sur du vent.

Cette publication ne passerait pas le Comité de Lecture de la Revue de Médecine de Deuxième année de la Faculté de Médecine de Petaouchnok (sauf si le Président de la dite université en était le signataire) tant elle est partiale, partielle, et que les chiffres qu'elle cite sont faibles, non vérifiés et sujets à caution.

Oh, les tableaux sont bien faits, ronflants avec des p statistiques qui en jettent mais, en détail, dans le fond, on se rend compte qu'il ne s'agit que d'impressions fondées sur des a priori et que la rédaction aurait tout aussi bien pu en être faite par des employés d'un laboratoire vendant un anti viral !

Cela dit, pour ne pas provoquer l'hilarité complète des épidémiologistes, des statisticiens et des cliniciens (dont le petit docteur du 16 de Mantes-La-Jolie), ces braves gens, sous la dictée de Madame Weber écrivent ceci : "Notre analyse a des limites car réalisée sur des données observationnelles portant uniquement sur des cas hospitalisés. De plus, nous n'avons pas pu prendre en compte d'éventuels facteurs de confusion et les informations concernant les modalités du traitement étaient manquantes pour environ cinquante pour cent des cas. " Vu le faible nombre de cas analysés... on se demande où l'on se trouve, dans un article scientifique ou dans Le Parisien !

Ainsi, cher Monsieur Houssin, ainsi, chère Madame Bachelot, ainsi, chère Madame Weber, je continuerai à ne pas appliquer la fameuse recommandation !

vendredi 18 décembre 2009

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE PROFESSEUR DIDIER HOUSSIN, DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE

Monsieur le Directeur Général de la Santé,

En tant que médecin généraliste exerçant depuis trente ans, c'est-à-dire simple médecin praticien, non expert en virologie, non expert en Santé Publique, tentant dans ma pratique de tenir compte à la fois des données de la science, de mon expérience clinique et sociale et des valeurs et préférences de mes patients, je vous écris pour vous signifier que je ne respecterai pas le communiqué DGS – Urgent du 10 décembre dernier (Nouvelles recommandations sur la prise en charge des patients grippés).

En effet, la Direction Générale de la santé, dont vous êtes le Directeur, me recommande à la fois de prescrire de l’oseltamivir à doses curatives à tous les patients présentant une grippe clinique (dont vous modifiez à l’occasion les critères diagnostiques cliniques en les simplifiant à l’excès) et de façon préventive aux sujets à risque (risque dont la définition a changé plusieurs fois) ayant été en contact étroit (les critères de ce contact étroit ont également été changés) avec une personne grippée (sic) selon un protocole dit préemptif à doses curatives et hors AMM.

Cette recommandation a comme valeur celle d’un accord professionnel puisqu’elle ne s’appuie, dans votre communiqué, sur aucune référence scientifique publiée, sauf bien entendu, j’imagine pour le traitement préemptif, la notion d’émergence de résistances à l’oseltamivir que vous niiez jusqu’à présent contre toute évidence. J’imagine que si vous possédiez des informations confidentielles d’un haut niveau de preuves que j’ignorerais, vous n’auriez pas manqué de m’en faire part.

Ma détermination à ne pas respecter cette recommandation est confortée par le fait que, contrairement à ce que vous écrivez, à savoir la progression de la pandémie, le nombre de cas de grippes cliniques (sic) diminue et que le virus A(H1N1)v n’est retrouvé ces dernières semaines que dans 54 % des prélèvements effectués par le réseau GROG dans le cas de syndromes grippaux isolés. Par ailleurs vous décidez dans le même temps et contre toute logique (puisque vous arguez sur l’augmentation des hospitalisations et des formes graves) que les prélèvements naso-pharyngés à titre diagnostique ne seront plus pratiqués et que les enfants de moins de un an ne seront plus adressés dans une consultation hospitalière dédiée et surveillés de façon rapprochée en milieu hospitalier lorsqu’ils seront traités par oseltamivir.

Je décide donc que je garderai ma liberté de prescription (et, en l’occurrence, de non prescription) et que je continuerai de prescrire ou de ne pas prescrire un antiviral en me fondant sur les principes de la Médecine par les Preuves qui conduisent les relations que j’entretiens avec mes patients dans les différents domaines de la pathologie où j’interviens.

Bien confraternellement.

Docteur Jean-Claude GRANGE

mardi 15 décembre 2009

GRIPPE A/H1N1v : IL Y A DES CENTRES DE VACCINATION CAR JE NE SAIS PAS VACCINER

Vous savez combien je suis peu impressionné par l'efficacité de la vaccination antigrippale saisonnière pour diminuer la mortalité des personnes âgées (ici) et vous savez également que je dispose de preuves scientifiques pour alimenter ma "croyance", notamment la Collaboration Cochrane.

En cette période de controverses sur l'utilisation du tamiflu nées de la publication d'un Communiqué DGS - Urgent (ici) [et l'on note que les réactions émanant des médecins généralistes commencent à se faire pressantes : Collège National des Généralistes Enseignants, Société Française de Médecine générale, par exemple], je feuilletais d'un derrière discret le document CAPI que l'a remis ma DAM (Déléguée de l'Assurance Maladie) dont je vous ai parlé ici et que je ne signerai pas pour de multiples raisons (la tournure actuelle de la militarisation de la médecine me rendant encore plus circonspect) : je me suis rendu compte, au chapitre Grippe, Nombre de patients MT>=65 ans ayant eu un remboursement de vaccin contre la grippe/Totalité des patients MT>=65 ans MT (sic) que j'atteignais le score de 61,2 % SANS RIEN FAIRE !

Actuellement, dans les Yvelines, aujourd'hui 15 décembre 2009, le taux de vaccination des personnes à risques (il faudrait en parler longuement), est de 4,16 % !

Mon attitude dans la grippe saisonnière a changé depuis que la vaccination est proposée gratuitement aux plus de 65 ans (1985) : au début, j'étais, sans conviction, tout feu tout flamme, puis j'ai lu et je suis devenu sceptique.
Donc, mon attitude dans la grippe saisonnière est la suivante : je réponds à la question "Faut-il vacciner les personnes de plus de 65 ans contre la grippe saisonnière ?" en tentant de respecter les trois piliers de l'EBM (voir ici).
a) L'expérience externe : voir Cochrane citée plus haut
b) L'expérience interne : il me semble que depuis trente ans que je suis médecin généraliste je ne vois plus de "grosses" grippes très invalidantes et surinfectées, notamment chez les personnes âgées, comme je les voyais auparavant, quand la vaccination n'existait pas.
c) Les valeurs et les Préférences des patients : quand un malade veut se faire vacciner je le vaccine, quand il ne veut pas, je n'insiste pas, sauf facteurs de risques très évidents.

Et, dans ce cas précis, avec l'aide des bons de la CPAM (pas avec ceux de la mutuelle SNCF qui n'envoie jamais de bons), avec les convictions de mes patients, avec l'aide du pharmacien et désormais avec l'aides des infirmiers / infirmières libéraux , j'arrive au chiffre de 61,2 % !
Elle serait pas contente la Roselyne avec des chiffres pareils à fin décembre ?

Je rappelle par ailleurs que les objectifs de la CPAM sont de 75 % de la population cible !

Ainsi, dans la grippe A/H1N1v, et le nombre de patients qui me disent "Si c'était vous, je me ferais vacciner... Vous me connaissez...", je pense qu'en vaccinant les personnes à risques je ferais un taux meilleur que 4,16 % !

Tu m'entends, Roselyne ?

vendredi 11 décembre 2009

LA DIRECTION GENERALE DE LA SANTE PERD LES PEDALES !

La Direction Générale de la Santé vient de publier un DGS-Urgent en date du 10 décembre 2009.


Les experts français sont à la dérive.
Ou alors ils sont sous influence.
Je ne dirai pas qu'ils sont sous l'influence de Big Pharma !
Je ne dirai pas qu'ils sont sous l'influence d'une camisole chimique.
Je ne dirai pas qu'ils sont retranchés dans leur tour d'ivoire.
Je dirai qu'ils sont sous influence politique.

Quand les centres de vaccination sont fermés Madame Bachelot vire le directeur de la DDASS.
Que fait-elle quand les centres de vaccination sont vides ?
Elle donne du tamiflu à tout le monde.

Madame Bachelot, nouveau Directeur Général de la Santé, Madame Bachelot, nouveau directeur de l'INVS, Madame Bachelot, nouveau Président de la commission d'AMM, Madame Bachelot, nouveau Président des Centres Régionaux de Pharmacovigilance. Madame Bachelot : l'arbitre des élégances médicales.




Voici le nouveau communiqué DGS Urgent du 10 décembre 2009. Une date unique dans le changement de statut de la médecine française.


La médecine française est devenue une médecine d'Etat.


Il a fallu attendre la présidence de Nicolas S pour que notre médecine devienne une annexe du gouvernement.




Que dit ce Communiqué ?




Compte tenu de la progression de la pandémie sur le territoire et de l'augmentation des hospitalisations et formes graves, les recommandations de prescription des antiviraux ont évolué.

Qui écrit les recommandations ? Où sont les experts ? Où se cachent-ils ? Signent-ils leurs oeuvres ? Publient-ils leurs conflits d'intérêt ? Citent-ils leurs sources ?

Les nouvelles recommandations sont les suivantes et prendront effet le 10 décembre.


S'agit-il d'un Décret ? D'une nouvelle Loi ? D'une injonction d'un juge ? D'une décision de justice ? De recommandations opposables ?


- la prescription du traitement antiviral est systématique pour les patients présentant une grippe clinique


Il semble, selon le GROG et au moment où nous écrivons ces lignes, que seulse 52 % des consultations médicales pour Insuffisances Respiratoires aiguës soient A/H1N1v positifs .


- Le prélèvement naso-pharyngé à visée diagnostique préalablement à la mise sous traitement antiviral curatif n'est pas systématique. Ses indications sont restreintes à des cas particuliers comme les formes graves.


Ces deux dernières recommandations signifient que toutes les Insuffisances Respiratoires Aiguës, les bronchites, les rhinopharyngites, les crises d'asthme, et cetera, vont être traitées par Tamiflu ! Soit, selon les chiffres du GROG : un million sept cent mille prescriptions de tamiflu par semaine ! Dont 48 % à mauvais escient !


En sus : Qu'est-ce qu'une forme grave ? Est-ce une forme nécessitant une hospitalisation ? Voir ici.

- Il convient de surveiller l'apparition de tout signe d'aggravation et en particulier d'une dyspnée et de recommander, dans ce cas, l'appel du centre 15.

On surveille comment une bronchite dyspnéisante ou une crise d'asthme dans le même métal ?


- Pour une personne non malade et présentant des facteurs de risque (dont les femmes enceintes et les enfants de moins de un an) qui a été en contact étroit avec une personne grippée, un traitement antiviral post exposition est recommandé. Le traitement est dit préemptif (à dose curative et pendant cinq jours).


Ici, nous atteignons le grandiose.


Attardons-nous sur : les facteurs de risque. Ils sont décrits ici dans un document datant du 13 novembre 2009 (Recommandations du Comité de lutte contre la grippe). Ces facteurs de risques sont devenus difficiles à comprendre : en effet la dernière version est différente de celle du 23 octobre 2009 (qui n'est plus en ligne) qui a servi à définir les populations à vacciner.les facteurs de risque ne sont donc pas les mêmes selon qu'il faut donner du tamiflu ou vacciner !


Insistons encore : Qui a été en contact étroit avec une personne grippée. Le tableau page 13 de ce document (ici) spécifie : Les personnes vivant sous le même toit (on semble comprendre) et Les contacts directs (moins d'un mètre et prolongés), on a plus de mal : Est-ce qu'un patient ayant attendu quinze minutes (ou plus) dans une salle d'attente rend les autres patients de la salle d'attente susceptibles d'être tamiflués ?


Et sur : le traitement dit préemptif : nous sommes hors AMM. L'AMM dit pour les adolescents à partir de 13 ans et pour les adultes : 75 mg par jour pendant dix jours. Pour les sujets plus jeunes la dose adaptée à l'âge est d'une prise par jour pendant dix jours. Comme rapporté par l'AFSSAPS.


AINSI, LA DGS RECOMMANDE DE PRESCRIRE HORS AMM SANS QUE L'AMM AIT ETE MODIFIEE. AVIS D'EXPERTS ?
L'AMM n'a pas été modifiée mais l'AFSSAPS a cependant donné son avis (ce qui n'est pas une procédure normale dans le cas des AMM). Par ailleurs, l'AMM du Tamiflu est européenne et aucune modification européenne n'a éta formulée. Cet avis de l'AFSSAPS est donc illégal.




Dans le même temps, les Prises en charge des patients telles qu'elles peuvent être trouvées sur le site gouvernemental ont été modifiées sans que les professionnels de santé n'aient été avertis !


Pour un adulte ou pour un enfant de plus d'un an il va être difficile de ne pas prescrire de tamiflu de façon systématique et les algoritmes proposés sont de véritables injonctions médicolégales !

Pour les nourrissons de moins de un an. il me semble raisonnable, au vu de ce qui est écrit, pour un médecin généraliste lambda d'appeler systématiquement le centre 15 tant la fiche d'information patient est dramatique. Je crains que cette mesure de précaution ne finisse par engorger les services d'urgence mais il me paraît peu judicieux (avis d'expert de médecine générale) de prendre le moindre risque, non pas d'un point de vue médical, mais d'un point de vue médicolégal. [Cette interprétation est très rare chez moi mais elle m'apparaît, pour le coup, indispensable en raison de l'imbroglio des textes officiels et des contradictions que l'on voit poindre partout]. Quant au traitement antiviral post-exposition (sic) dit préemptif (avis des experts gouvernementaux) il va entraîner un gaspillage de temps et d'énergie considérable, il va signifier que TOUS les enfants d'une crèche devront être traités ! Et cetera, et cetera. je rappelle à mes confrères généralistes que les prescriptions de tamiflu chez les nourrissons de moins de un signifient une préparation extemporanée chez un pharmacien d'officine ! Mais ce qui change surtout c'est que les nourrissons d emoins d'un an devaient être confiés à une consultation hospitalière dédiée pour surveiller le nourrisson sous tamiflu : c'est fini !



LA DGS FAIT LA MEDECINE !


Madame Bachelot panique et prend les rênes de la Santé en France !


Elle commence par rendre des conclusions de phases II en public en décidant que le rappel du vaccin anti A/H1N1v n'est plus nécessaire.


Elle autorise la vaccination des nourrissons par le Panenza sans que l'AMM française ne dispose des chiffres de séroconversion après deux injections chez les 51 enfants testés entre 7 et 35 mois !


Elle décide que tous les cas de grippe clinique seront A/H1N1v afin de convaincre les Français de se faire vacciner et ce qui devait arriver arrive : l'OMS dénonce la France comme le mauvais élève du monde puisque la grippe diminue partout sauf en France..


Elle décide de changer les critères d'imputation des décès dus à la grippe A/H1N1v afin de dramatiser encore plus le nombre de morts (au même moment les chiffres anglais paraissent et les critères d'imputation des décès ne considèrent que les malades chez qui la preuve de la contamination par le virus A/H1N1v a été établie : ici).


Elle décide de faire modifier par l'AFSSAPS les indications du tamiflu sans modification de l'AMM !

Elle fait établir des fiches pratiques qui, contre toute logique, font prescrire du tamiflu à tout le monde et qui comportent de nombreuses contradictions.

Heureusement que tous les médecins ne se laissent pas faire.

Un communiqué du Collège des Généralistes Enseignants nous dit que trop c'est trop.

Les médecins ne peuvent accepter toutes ces entorses aux Bonnes Pratiques ! Qu'on se le dise !

samedi 5 décembre 2009

GRIPPE A/H1N1v : LA GRANDE GUERRE

J'appprends que, désormais, les énarques ministériels ont décidé que les conjoint(e)s des médecins hospitaliers et leurs enfants seraient désormais vaccinés en priorité à l'hôpital.
J'apprends que TOUS les malades hospitalisés doivent désormais être vaccinés.
Bientôt les gendarmes viendront chercher les gens chez eux pour les faire vacciner de force dans les Centres de Vaccination ouverts sept jours sur sept et de huit à vingt-deux heures !...

Toutes choses égales par ailleurs, je me demande si nous n'en sommes pas revenus à la grande guerre.
Non pas celle de l'épidémie de grippe espagnole et ses millions de morts...
Non, celle de 1914 quand tous les rouages de l'Etat étaient dirigés vers la guerre en dentelle, vers la der des der, vers l'écrasement du Boche !

Vous penserez que j'exagère mais je suis, encore une fois toutes choses égales par ailleurs, dans la position de celui qui ne voulait pas la guerre. Ecrasé, laminé, effondré par le poids de la communication étatique.

Les files d'attente devant les Centres, ce sont les files d'attente devant les bureaux de recrutement.

Nous ne savions pas, nous, pauvres citoyens sans guerre mondiale depuis 1945, ce que signifiait l'embrigadement, l'encamaredement, la parole unique, le rouleau compresseur de l'évidence, eh bien, nous y voilà !

En entendant Madame Bachelot affirmer, contre toute vraisemblance, que les épidémiologistes français étaient les meilleurs du monde (cf. la canicule), comme l'armée française était la meilleure du monde, que les virologues français itou, je me demandais si, comme les pacifistes de l'époque, je n'allais pas être mis en quarantaine...

Alors que Rony Brauman et les autres membres des ONG françaises font partie des meilleurs logisticiens de la planète et qu'ils n'ont pas été interrogés et consultés...

Nous en sommes revenus à la médecine de guerre, à la médecine à la Larrey avec le chirurgien Houssin dans le bunker !

A plus.

jeudi 3 décembre 2009

L'ETHIQUE DE MADAME BACHELOT

Lors de l'émission Allô Docteurs du lundi premier décembre 2009 dont j'ai dit tout le mal lors de mon précédent message, Madame Bachelot nous a donné des informations sur son éthique.


Alors que Rony Brauman, ancien Président de Médecins Sans Frontières, lui faisait remarquer qu'elle n'arriverait pas à vacciner tout le monde, que les choix qu'elle avait faits n'étaient pas les bons, et qu'il fallait donc d'abord vacciner les personnes à risques, et que, malheureusement, il y aurait des morts, qu'il y avait une part de loterie,Madame Bachelot a dit ceci (et répété) : "Ceci n'est pas mon éthique. Ceci n'est pas mon éthique."
Ainsi les choix stratégiques de Madame Bachelot ont-ils été dictés par son éthique !
Là, on tombe de haut.
L'éthique de Madame Bachelot ! L'éthique d'une femme politique !
Pourquoi n'a-t-elle pas interrogé le Comité Consultatif National d'Ethique ? C'était le moment !
Rony Brauman a raison : elle n'arrivera pas à vacciner toute la population, elle n'arrivera pas à vacciner la population en raison de ses choix stratégiques, elle n'arrivera pas à vacciner les personnes les plus fragiles, les SDF, les malades qui ne peuvent se déplacer (ses équipes mobiles arriveront quand l'épidémie sera terminée), elle n'arrivera pas à couvrir la cible. Eh bien, cela, jamais elle ne le reconnaîtra. Pas parce qu'elle est inintelligente mais parce qu'elle est une femme politique et qu'une femme politique ne peut reconnaître qu'elle va droit dans le mur et qu'elle entraîne la population tout entière avec elle. Au nom de son éthique !
L'éthique de Madame Bachelot est une morale de bonimentrice.
Prenons un exemple simple : le département des Yvelines (et il n'est pas inintéressant de voir que certains préfets osent dire que l'objectif de couverture vaccinale complète ne pourra être atteint dans leur département, vont-ils être virés ?). La population est de 1,3 million d'habitants, il y a 19 centres pour adultes, 10 centres pour enfants, il faudrait donc, à raison de deux vacations par centre, chaque centre étant ouvert sept jours sur sept, que 47 patients par heure soient vaccinés dans les dits centres durant quatre mois.
Est-ce bien raisonnable ?
Madame Bachelot, si votre objectif, si la feuille de route que vous a fixée le premier Ministre et / ou le Président de la République, est de vacciner tous les Français en quatre mois, vous êtes cuite !
Vous deviendrez ambassadrice au Vatican ! A condition que l'on puisse y nommer une femme.
Et nous ne discutons pas ici, bien entendu, de la nécessité ou non de la vaccination, nous discutons de l'efficacité des moyens que vous employez au cas où cette vaccination serait la meilleure solution, comme vous le répétez partout, pour combattre le virus.
Madame Bachelot, écoutez les conseils de vos ennemis : cessez cette politique désatreuse et vous en remercierez vos ennemis. Si vos amis vous disent, si vos experts amis vous disent que tout va bien, ne les croyez pas, ils veulent votre poste voire votre peau.

mardi 1 décembre 2009

CE SOIR, J'AI EU HONTE

J'ai eu honte en regardant l'émission Allô Docteur sur la Cinq.
J'ai eu honte que le docteur Cymes n'ait trouvé aucun médecin opposé à la politique gouvernementale et se soit contenté de médecins généralistes, pour l'un, acquis, pour l'autre, presque acquis.
C'était une pure émission de propagande pour le plan débile de Madame Bachelot.
Ronny Brauman a été parfait et il a dit ce qu'il fallait dire : elle n'y arrivera jamais !
Les virologues ont été ce qu'ils sont habituellement : tout sauf des cliniciens.
Et c'est la représentante de Que Choisir qui, la seule, a apporté la contradiction !
On a ainsi appris que Madame Bachelot ne connaissait pas la collaboration Cochrane !
Elle n'est pas la seule : la Revue Prescrire non plus pour ce qui est de la grippe (dans son dossier grippe la collaboration Cochrane est mentionnée mais les conclusions de La Revue prescrire vont dans un sens opposé. Ceci est une précision par rapport au texte précédent).
Quel n'a pas été l'embarras du virologue de la Pitié quand il a compris que la dame de Que Choisir savait des choses qui n'étaient pas tout à fait fausses, à savoir que le vaccin anti grippe saisonnière n'était pas aussi efficace que cela et qu'il était donc difficile de comparer l'efficacité du nouveau vaccin à un vaccin qui n'était pas parfait... Que la dame de Que Choisir citait de façon élégante des publications qui disaient le contraire de ce que racontait le staff d'experts de la ministre.
Mais surtout : Madame Bachelot observait les intervenants pour savoir s'ils disaient BIEN la bonne parole, s'ils ne se trompaient pas par rapport à l'argumentaire qu'elle leur avait fait apprendre...
Navrante mascarade de professeurs de médecine qui sont obligés d'aller à la soupe et de se plier au politique, représenté par une Madame Bachelot qui sait, certes, parler, mais qui dit beaucoup de bêtises (nombre d'injections pour les femmes enceintes, AMM faites selon les règles...).
Michel Cymes et son acolyte n'ont rien lu, rien entendu, ce ne sont pas des journalistes, encore moins des médecins, ce sont les équivalents des bénis oui oui de la politique qui servent les plats aux hommes et aux femmes en place.
Madame Bachelot en a profité pour taper sur les médecins généralistes... Pour dire que, s'ils ont du temps, ils peuvent aller travailler dans les centres...
A pleurer !
Je vais me coucher triste de notre personnel médical, triste de nos journalistes médicaux, triste de nos politiques dont le seul but est leur autopromotion.

dimanche 29 novembre 2009

GRIPPE A/H1N1v : LA FIN JUSTIFIE LES MOYENS !




Prenons l'hypothèse que Madame Bachelot est de bonne foi.
Prenons l'hypothèse que Madame Bachelot est compétente.
Prenons l'hypothèse que la politique vaccinale anti A/H1N1v actuellement menée se fait sur de simples critères scientifiques.
Prenons l'hypothèse que les experts français sont sérieux.
Prenons l'hypothèse que les experts européens le sont aussi.
Prenons l'hypothèse que Big Pharma est vertueuse.
Prenons l'hypothèse qu'il n'y avait pas d'autre façon de gérer la crise.
Prenons l'hypothèse que nous sommes dans un train qui fonce à grande vitesse et qu'il faut participer à l'effort commun.

Pourquoi les Autorités Mentent ?

Je veux bien être un bon citoyen.
Je veux bien croire au progrès.
Je veux bien penser qu'il faut à tout prix sauver des vies humaines.
Je veux bien faire le pari que les vaccins anti A/H1N1v, bien que non évalués cliniquement, soient sûrs.

Pourquoi alors les Autorités Mentent ?

La fin justifie-t-elle les moyens ?

Pourquoi les Autorités font tout pour que tout aille dans le sens de la vaccination de masse ?

Pourquoi les Autorités racontent n'importe quoi à propos des vaccins ?

Pourquoi les experts ne lisent pas les essais internationaux ou les signaux d'alerte venue de l'étranger ? Parce qu'ils sont écrits en anglais ? Non pas parce que les experts ne lisent pas l'anglais mais parce qu'il n'y a de bon que de ce qui provient de la meilleure médecine du monde.

Les publications anglo-saxonnes sont comme le nuage de Tchernobyl : elles s'arrêtent à la frontière : elles ne peuvent atteindre le cerveau des Français.

Commençons par le commencement.

LES PHASES DEUX DES MEDICAMENTS SE FONT DEVANT LES MEDIAS




Madame Bachelot, dans une conférence de presse récente, annonce qu'il n'y a plus besoin que d'une seule injection pour vacciner contre la grippe A/H1N1v. C'est le fait de la Princesse. Pas de modifications des Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) des différents produits. Pas de modification des Résumés des Caractéristiques Produits (RCP) des différents produits. Personne ne pipe. Pas un membre de l'AFSSAPS qui ne dise mot. Pas un médecin qui ne dise mot. Pas un politique qui ne dise mot. La Princesse a dit.

Dans la foulée les fonctionnaires de la Direction Générale de la Santé (DGS) dirigée par le brave Houssin, fonctionnaires qui n'en peuvent mais tant les directives contradictoires s'accumulent sur leurs bureaux, fonctionnaires qui s'empressent de pondre encore des directives, directives qui descendent vers le bas pour encombrer d'autres fonctionnaires de moins haut grade qui sont exténués par le niveau de travail qu'on leur impose et par les contradictions qu'on leur fait assumer, et cela donne ceci : http://www.sante-sports.gouv.fr/IMG/pdf/Dispositions_vaccinales_091126.pdf
c'est à dire un concentré de bureaucratisme et d'impractabilité qui fait peur.

Ce document est un exemple du génie français : respectabilité, donneur de leçons au monde entier, vitrine éclatante et fond misérable.

LES LABORATOIRES FRANCAIS DISPOSENT DE PASSE-DROITS QUI LES RENDENT PEU CREDIBLES ET QUI FREINENT NOTRE PROPENSION A CROIRE SPONTANEMENT LES DONNEES QU'ILS AVANCENT.

On vient de le voir pour les AMM.

Regardons le dossier Panenza (SANOFI PASTEUR AVENTIS, troisième laboratoire mondial).
Nous avons souligné dans un message précédent que les enfants entre 7 et 35 mois avaient été 51 à être testés et qu'ils n'étaient pas protégés contre la grippe A/H1N1v ou très mal.

Quand Madame Bachelot dit que le vaccin est efficace chez les enfants de 7 à 35 mois, elle n'en sait rien.

Regardons maintenant comment le dossier a été monté : Public assessment report : scientific discussions.

Nous y apprenons, outre les informations citées plus haut, que les données manquantes (page 22) sont (Important Missing Informations) : les femmes enceintes ou les femmes allaitantes ; les patients immuno-déprimés ; patients avec insuffisance hépatique grave ; patients avec comorbidités significatives, sous-populations avec polymorphisme génétique ou d'origines ethniques diverses ; usage concomitant du Panenza avec d'autres vaccins, d'autres médicaments, de la nourriture ou d'autres substances.

Le vaccin prévu pour les femmes enceintes n'a pas été testé chez les femmes enceintes !

Quand Madame Bachelot dit que les vaccins sont sûrs chez les femmes enceintes, elle n'en sait rien. Chez les immunodéprimés, elle n'en sait pas plus.


LES AUTORITES MENTENT SUR L'IMMUNITE PREVACCINALE COMME SUR L'IMMUNITE POST VACCINALE


Regardons aussi ce que l'on nous a dit sur les taux de séroconversion pré vaccinaux.
Les Autorités répètent à l'envi que la grippe A/H1N1v touchent plus les jeunes, ce que les chiffres australiens confirment tout comme les chiffres états-uniens. Personne n'en doute. Les Autorités ne disent pas que la grippe saisonnière tue aussi des enfants ! Que faisait Madame Bachelot l'an passé ?

Ainsi, le document sur le Pananza (Public assessment : scientific discussions), rapporte ceci :
avant vaccination contre A/H1N1v, le statut des sujets était le suivant en pourcentages des sujets testés (seropositivité, séroprotection) dans les études européennes :
  1. Enfants 6 - 36 mois : 0 ; 0
  2. Enfants 3 - 8 ans : 0 ; 0
  3. Enfants 9 - 17 ans : 11.7 ; 7.7 %
  4. Adultes 18 - 60 ans : 40.6 ; 14.6 %
  5. Adultes > 60 ans : 45.5 ; 9.1 %
Les chiffres des études américaines sont à peu près du même tonneau.

Que tirer de ces données ? Les adultes de plus de 17 ans sont 40 % à avoir des anticorps anti A/H1N1 et ce ne sont pas les gens les plus âgés qui ont le taux de protection le plus élevé ce qui met à mal les affirmations selon lesquelles ce serait la grippe de 1957 qui confèrerait une immunité aux personnes nées avant cette date.

Ce qui est effectivement inquiétant c'est que les enfants les plus jeunes, entre 7 et 35 mois n'ont pas d'anticorps et qu'ils ont des taux de séroconversion post vaccinale particulièrement bas (inefficaces ?) comme nous l'avons vu en analysant les chiffres dans un message précédent : 33.3 % après une dose.
Rappelons ici ce que nos lecteurs savent déjà que la Collaboration Cochrane a conclu que chez les jeunes enfants en bonne santé le vaccin contre la grippe saisonnière n'était pas plus efficace qu'un placebo.

Quand Madame Bachelot conseille la vaccination chez les très jeunes enfants elle ne s'appuie sur aucune donnée scientifique mais sur des on-dit des virologues.

Regardons maintenant le problème de la pharmacovigilance.

LA PHARMACOVIGILANCE TELLE QU'ELLE EST APPLIQUEE EST FAITE POUR MINIMISER LES RISQUES DES VACCINS

On nous avait promis, pauvre peuple éloigné des cabinets ministériels, que tout serait fait pour que la pharmacovigilance soit faite afin de pouvoir détecter au plus vite des "problèmes", il n'en est rien.

J'avais à déclarer une allergie grave au vaccin adjuvé qui ne nécessitait pas une hospitalisation, eh bien, ce n'est pas possible de le faire en ligne : seuls les Evénements Indésirables graves conduisant à l'hospitalisation ou à la mort peuvent être déclarés en ligne, les autres se font avec les formulaires habituels CERFA qui seront noyés dns la masse.

A ce jour je n'ai pas encore lu de déclarations de pharmacovigilants émérites pour déplorer cette situation. Ils sont aux ordres du Ministère. Il est vrai que leurs faibles moyens et le peu d'appétence qu'a le corps médical français pour déclarer ces effets indésirables et toxiques leur convient très bien.

Rappelons que les services de pharmacovigilance de l'AFSSAPS sont toujours passés ces dernières années à côté des retraits de marché de médicaments décidés hors de France. Deux jours avant le retrait mondial du Vioxx, anti inflammatoire aux multiples effets cardiovasculaires (on attend encore d'ailleurs les statistiques françaises avec intérêt) nos pharmacovigilants rassuraient la population.

Il faut donc déclarer.
C'est une bonne occasion de prendre contact avec les Centres Régionaux de Pharmacovigilance dont vous dépendez, les uns et les autres.

En ce moment les effets indésirables sont médiatiquement annoncés avec l'imputabilité "Exclu" quand il y a des décès sous vaccin anti A/H1N1v (dernièrement le bébé d'une femme enceinte de huit mois) chez qui on aurait retrouvé du virus et qui prenait du tamiflu !

Les 4 chocs anaphylactiques canadiens ayant entraîné la mort sont dus à un lot défectueux (la presse).

C'est dire que c'est Madame Bachelot, après qu'elle eut annoncé publiquement le une dose pour les vaccins (c'est une spécialiste des phases deux), elle "impute" dans son bureau du Ministère afin de ne pas désespérer les personnels des Centres de vaccination et... les actionnaires de Big Pharma.

Soyons vigilants.

Nous reviendrons une autre fois sur les autres mensonges permanents des Autorités notamment sur le variant norvégien 222 qui semble ne pas être plus pathogène que le virus initial d'après des informations recueillies auprès des virologues.

J'attends des commentaires et des indications sur des faits qui vous sont rapportés.







dimanche 22 novembre 2009

PANENZA : LE VACCIN ANTI A/H1N1v NON ADJUVE

Nous savons de source sûre, à la suite de la décision de l'EMEA, que le principe d'une SEULE injection allait être officalisée dans les jours qui viennent en France.
Je vous avais annoncé que Madame Bachelot avait la trouille de cette deuxième injection dans les centres de vaccination !
Mais surtout PANENZA, le fameux vaccin non adjuvé de chez SANOFI PASTEUR, troisième firme pharmaceutique mondiale, va bientôt avoir l'AMM. Il faudrait se réjouir de disposer enfin d'un vaccin sûr ! La lecture du Résumé des Caractéristiques Produit (RCP) va dans le sens contraire : ici. RCP de PANENZA, suspension injectable en vaccin multidose. Vaccin grippal pandémique H1N1 (virion fragmenté, inactivé).
Nous, les naîfs, ceux qui préconisaient la vaccination chez les sujets à risque en demandant aux patients de demander un vaccin non adjuvé, nous commençons à nous mordre les doigts.
Car le dossier du Panenza est une plaisanterie ahurissante comme seule l'administration française, consanguine avec SANOFI, peut les concocter.
Pour les habitués des RCP, comme les journalistes de La Revue Prescrire, les faits sont édifiants.
Savez-vous combien de petits patients ont été inclus dans les essais OUVERTS ?
Enfants de 6 à 11 mois : 51 ; de 12 à 35 mois : 50. Deux injections de deux doses à 21 jours d'intervalle.
Enfants de trois à huit ans : 51 ; de neuf à 17 ans : 52. Deux injections de deux demi-doses à 21 jours d'intervalle.
Pour les quatre groupes précités voici respectivement les taux de séroconversion après : 32.7 %, 34 %, 100 % et 100 %.
Ainsi, ce sont chez les enfants théoriquement les plus exposés, selon les avis officiels que démentent les chiffres de l'hémisphère sud, que la protection est la plus faible !
Comme disent nombre de nos confrères, il faut croire les autorités et les experts.
Nous savons pourtant lire les RCP.

vendredi 20 novembre 2009

GRIPPE A/H1N1v : MALAISE DANS LES CENTRES DE VACCINATION

Que les lecteurs se rassurent, le malaise n'est pas un effet indésirable attendu de la vaccination anti A/H1N1v, le malaise est un effet de la désatreuse politique de Madame Bachelot.

Les centres de vaccination, tels qu'ils sont en place actuellement, sont un concentré de l'incurie bachelotienne. J'en ai déjà parlé ici.

Passons sur la maigre affluence et sur l'enthousiasme réservé des professionnels de santé et désormais des citoyens à la politique citoyenne de Madame Bachelot.

Passons sur l'extraordinaire gâchis administratif et humain qui fait que des gymnases, des salles polyvalentes, des écoles désaffectées ont été réquisitionnées pour devenir le fer de lance de la politique de santé Publique de Madame Bachelot.

Passons sur l'impression désastreuse que donne la médecine militaire ou plutôt policière sur les personnels administratifs des mairies et des collectivités locales.

Passons sur l'excès de vaccins et de seringues et sur le manque d'équipements indispensables comme l'informatique, l'internet ou la simple présence d'un Vidal.

Passons sur les scènes d'incompétence quand on voit des élèves infirmières ne sachant pas piquer, des médecins à la retraite non réquisitionnés tremblant en raison d'une dose mal adaptée d'anti parkinsoniens, des médecins de santé publique peu habitués à prendre des décisions cliniques hésitant, à juste titre, sur le fait de vacciner ou non des patients en Affection de Longue Durée avec des ordonnances hypertrophiques et des pathologies sous-jacentes ignorées...

Passons sur les instructions contradictoires concernant la voie d'administration du vaccin, intra musculaire ou sous-cutanée, chez des patients traités par anticoagulants.

Passons sur le désoeuvrement des équipes qui se demandent ce qu'ils font et pourquoi ils le font.

Passons sur les médecins généralistes réquisitionnés qui font la conversation pendant que leurs malades attendent à la porte de leurs cabinets.

On le voit donc dans cette usine à gaz bachelotienne : la médecine générale est un métier. Elle ne s'improvise pas. Les médecins généralistes connaissent leurs patients, prennent tous les jours des décisions qui engagent l'avenir de leurs malades, ne font pas que de la bobologie, savent interroger, savent ce que c'est que l'entretien particulier avec un citoyen malade ou non, connaissent la psychologie des familles et la psychologie individuelle des gens qui viennent à longueur d'année se faire vacciner.

Madame Bachelot, qui n'a jamais fait une intramusculaire de sa vie, qui n'a jamais examiné un malade de sa vie, qui n'a jamais pris une décision tenant compte des connaissances externes, de sa pratique personnelle et des valeurs et préférences des patients, va-t-elle se rendre compte que la consultation à 22 euro, ce n'est pas que de la gnognotte, qu'il y a derrière une expérience, une expertise et que les virologues, ses amis experts, ne sont pas des cliniciens pour la plupart mais des hommes d'éprouvettes.

Malaise dans les centres de vaccination. Faut-il injecter tout de suite de l'adrénaline à Madame Bachelot ?

jeudi 19 novembre 2009

GRIPPE A/H1N1v : CARTE BLANCHE A MARC GIRARD

Chers amis,
Voici une contribution de Marc Girard, auteur que j'ai déjà publié sur ce site (ici) et qui l'a définitivement fâché avec La Revue Prescrire, défenseure inlassable du bon rapport efficacité / risques de la vaccination contre l'hépatite B.
Le titre en est : Grippe porcine : je vaccine mes enfants ?


Je vous demande de lire la section tolérance tirée des données officielles de l'EMEA. Cela fait froid dans le dos.
A vos commentaires.

GRIPPE A/H1N1v : MADAME BACHELOT CONTINUE DE SE FOUTRE DE MOI

Après que Didier Houssin eut déclaré deux jours avant qu'il n'était pas possible, pour des raisons logistiques, de vacciner dans les cabinets médicaux privés, Madame Bachelot annonce le 17 novembre 2009 que c'est quand même envisageable.
Didier Houssin vient-il d'avaler son scalpel ?
D'après Le Figaro du 18 novembre "La balle est désormais dans le camp des médecins libéraux qui devront montrer qu'ils ont la capacité de s'organiser."
On se moque de nous !
L'empressement des syndicats médicaux à montrer leur capacité est touchante !
Ainsi, bis repetita placent, Madame Bachelot a d'abord organisé un plan sans prendre l'avis des médecins généralistes libéraux. Organisé un plan ? Elle a "acheté" l'argumentaire des experts autoproclamés et exofinancés par Byg Pharma, elle a appliqué le plan variole qui existait dans les tiroirs, négocié des prix avec la susdite industrie, accepté les multidoses et confié le bébé au ministère de lintérieur, les préfets étant trop contents d'élargir le champ de leurs compétences et de faire du Médical !
Puis, dans un deuxième temps, se rendant compte de ses erreurs et de ses insuffisances, elle réimplique la médecine de ville.
Madame Bachelot fait également du catastrophisme non éclairé : ici, relayé par le journal Le Monde dont les médecins rédacteurs, sous la houlette de JY Nau, terriblement célèbre pour ses prises de position sur l'hépatite B et sur l'hormone de croissance, sont les serveurs de plat du trio Bachelot la visiteuse, Houssin l'avaleur de scalpel et Weber le médecin généraliste aux ordres.
Bientôt Madame Bachelot nous dira que les morts seront dus à l'inempressement des médecins généralistes à se faire réquisitionner dans les centres de vaccination...
L'empressement des syndicats est-elle une justification à la campagne de vaccination de masse ou une façon de ne vacciner, dans nos cabinets, que les patients à risques ?
Madame Bachelot est une maligne, elle a l'habitudes des argumentaires appris chez Byg Pharma, mais les faits, malheureusement pour la Santé Publique, se retourneront contre elle !
Scoop !
Madame Bachelot, dans une autre déclaration, parle du printemps pour la vaccination antigrippale A chez les médecins généralistes.
Quand les morts seront morts ? Ou quand l'épidémie sera passée comme à La Réunion où on vaccine contre la grippe A/H1N1v après le passage du virus ?
PS : Je propose pour l'année prochaine que les médecins généralistes soient déchargés du vaccin contre la grippe saisonnière et qu'ils soient fait averc des multidoses dans les centres de vaccination.
Cela dit, l'année prochaine il n'y aura pas de problèmes, le vaccin sera combiné et on vaccinera encore tout le monde même si on sait, enfin on croit savoir, que les personnes âgées sont relativement épargnées.

vendredi 13 novembre 2009

GRIPPE A/H1N1v : MADAME BACHELOT SE FOUT DE MOI

Je reçois ce jour une lettre adressée par Madame Bachelot à M. JEAN CLAUDE GRANGE par l'intermédiaire de la CPAM des Yvelines.

L'objet est curieux.

Je me pose des questions. S'agit-il de la lettre qui est envoyée à tous les assurés sociaux ou s'agit-il de la lettre adressée aux professionnels de santé ?

Je n'en sais rien.

Il n'y a aucune formule de politesse. Ni au début de la lettre ni à la fin.

Madame Bachelot avait pourtant un peu de place pour parfaire sa prose vu la place accordée à sa signature.

Donc, mes chers amis, en tant que médecin généraliste je reçois d'abord la lettre adressée aux assurés sociaux, dont je suis, pour certains, le médecin traitant et alors que la lettre concernant les professionnels de santé ne m'est pas arrivée.

Aurais-je dû contacter auparavant l'hôpital de mon coin pour me faire vacciner à l'hôpital ? J'avoue ne pas savoir puisque je ne comptais pas me faire vacciner...

Mais je ne comprends toujours pas : ce n'est pas la lettre qui convient à un professionnel de santé (et je me félicite que la démocratie fasse que je reçoive le même courrier que ma concierge, brave femme au demeurant) et ce n'est pas non plus la lettre qui convient à un assuré social qui ne fait pas partie des personnes à risque ((je ne suis pas fragile, je ne suis pas un jeune enfant et je ne suis pas, mais Madame Bachelot pourrait me faire prendre des vessies pour des lanternes, enceinte). Et, conséquence aggravante, je suis né avant 1957 !

Donc, c'est quoi ce bordel ?

Je ne peux m'empêcher toutefois d'extraire une phrase qui ne manque pas de sel : "La qualité, la sécurité et l'efficacité des vaccins utilisés ont fait l'objet d'une évaluation rigoureuse de la part des autorités sanitaires, dans le cadre des autorisations de mise sur le marché."

Comme le disait Cornelius Castoriadis, à propos de la défunte URSS : quatre initiales, quatre mots, quatre mensonges.

Les premières informations que je recueille auprès de mes confrères hospitaliers (qui se vaccinaient déjà contre la grippe saisonnière) sont les suivantes : douleurs très nettes au point d'injection, réaction inflammatoire à ce niveau et sensation d'être patraque (grippé ?). Beaucoup plus en tous les cas qu'avec le vaccin saisonnier. Bon, c'est pas grand chose. Mais. Tous ces hospitaliers, quand on leur demande, ferez-vous ou feras-tu une déclaration d'effets indésirables ?, ils me regardent avec l'air surpris du type qui rencontre un Martien qui lui demande où il peut trouver un bureau de PMU. Autres réflexions sur les forums généralistes : itou. Ca fait un peu mal et ça rend un peu patraque. Et toujours pas l'intention de déclarer les effets indésirables. Nul doute que le premier Guillain-Barré sera "imputé" aux Témoins de Jehovah !

Ne croyez pas que je veuille faire de la pharmacovigilance sauvage mais j'écoute et j'entends.

Tiens, dans le courrier que m'a adressé Madame Bachelot, pas une ligne sur les effets indésirables. Je croyais que c'était l'alpha et l'omega des excuses gouvernementales sur la rapidité de mise en oeuvre des vaccins...

Mais je crois surtout que Madame Bachelot, celle qui ne connaît pas les formules de politesse, a la trouille.

Elle a la trouille qu'il y ait une deuxième injection !

Car, que feront les grands professionnels de santé des centres de vaccination, les médecins à la retraite, les étudiants en médecine, les médecins de santé publique, les élèves infirmiers, quand le malade se pointera la deuxième fois après avoir signalé ces mineurs incidents ? Déclarera-t-il ? Revaccinera-t-il ? Préparera-t-il sa seringue d'adrénaline ?

Madame Bachelot a la trouille !

Je le disais dans un précédent bulletin du 25 octobre que les centres de vaccination seraient un haut lieu d'effets indésirables, de syncopes, d'allergies et d'affolement.

Madame Bachelot commence à s'en rendre compte !

Enfin, pour ceux qui croient encore le gouvernement, j'ajouterai ceci : trouvez-vous normal qu'au début de la campagne l'expert en chef, l'ex déléguée médicale Madame Bachelot, puisse annoncer que le nombre de doses pourrait différer ?... Il suffit de demander aux laboratoires et à la commission d'AMM !

Je rappelle à tous qu'il a fallu plusieurs années, et alors que la vaccination battait son plein, aux experts vaccinaux pour se rendre compte que la deuxième injection de Prevenar n'était plus nécessaire... et que le schéma 2,3,4, 16 pouvait être utilement remplacé par un schéma 2,4 et 16... Dans l'hépatite virale les experts ont mis plusieurs années et une crise terrible pour annoncer que le schéma à trois injections était aussi "efficace" que le schéma à 5 et que le rappel tous les 5 ans ne s'imposait pas.

Maintenant que les évaluations rigoureuses (sic) se font en temps direct, c'est à dire pendant les conférences de presse du gouvernement, que les phases II ne sont pas terminées alors que l'AMM a déjà été obtenue, que les procédures, déjà si laxistes pour les vaccins anti grippe saisonnière sont devenues super cool (un critère sur trois pour les anticorps contre trois auparavant voir ici) pour les laboratoires, qui doutera de la compétence bachelotienne ?

Madame Bachelot, je l'ai écrit plusieurs fois, se moque des médecins généralistes. Mais après tout, des cons généralistes j'en connais. Mais là, elle me prend pour un con !

C'est trop !

jeudi 12 novembre 2009

GRIPPE A/H1N1v : CHIFFRES ETATS-UNIENS

Voici, tout frais, un article du New England Journal of Medicine (celui-là même qui publia des études filoutées à propos du vioxx), qui fait le point sur les hospitalisations d'au moins 24 heures entre avril 2009 et mi juin 2009 pour des patients qui étaient positifs A/H1N1v PCR. On le voit : ça date un peu. Et les chiffres ont déjà été dévoilés auparavant. Il est consultable en ligne : free (gratuit !) !
Détail méthodologique : dans la période considérée 13217 cas de grippe A/H1N1v ont été diagnostiqués et 1082 hospitalisations ont été rapportés au CDC (Center of Disease Control) d'Atlanta. Les 272 patients analysés concernent les 272 premiers dossiers adressés au CDC et provenant de 24 états.
Qu'y apprend-on ?
Parmi les 272 patients hospitalisés et évalués 67 (25 %) ont été admis en réanimation et 19 sont morts. Pour les 67 patients : l'âge moyen était de 29 ans (extrêmes : 1 à 86 ans) ; 45 patients (67 %) avaient une pathologie sous-jacente (asthme, bronchite chronique, immunodépression, pathologies neurologiques). Six patientes (9 %) étaient enceintes. [je n'ai pas trouvé d'éléments sur les pathologies sous-jacentes des dites femmes enceintes]. Toujours pour les 67 : une assistance respiratoire a été nécessaire pour 42, 24 avaient un syndrome de détresse respiratoire aigu et 21 présentaient une affection virale. Quatre-vingt six pour cent des patients avaient reçu un antiviral mais la moyenne d'initiation du traitement était de 6 jours (de 0 à 24 jours).
L'âge moyen des personnes qui sont mortes était de 26 ans. Une analyse multivariée [dont on connaît les imperfections et méthodologiques et statistiques : données manquantes, choix judicieux des variables à examiner, et cetera] incluant comme facteurs, l'âge, le délai d'admission (avant ou après deux jours du début de la maladie), l'initiation du traitement antiviral moins ou plus de deux jours après l'apparition des symptômes, le statut prévaccinal à l'égard de la grippe saisonnière, montre que le seul facteur qui "sorte" soit la prise d'antiviraux moins de deux jours avant l'apparition des symptômes (p inférieur à 0,05).
Voilà.
J'ai regardé avec attention les femmes enceintes. Dans un tableau en Appendix (lui aussi en ligne) on voit que 12 femmes enceintes ont été hospitalisées dans un service "normal" et ont survécu et que six femmes ont été hospitalisées en service de réanimation et sont mortes. Mais le critère femme enceinte n'est pas apparu dans l'analyse multivariée et les comparaisons avec les autres pathologies ne me semblent pas avoir de sens.
Donc, rien de bien nouveau.
La grippe A/H1N1 semble moins tuer que la grippe saisonnière mais des personnes plus jeunes.
Le problème des femmes encientes n'est pas résolu.

mercredi 11 novembre 2009

GRIPPE A/H1N1v : MADAME BACHELOT FAIT MUMUSE AVEC LA SANTE PUBLIQUE

Pendant que la campagne vaccinale anti A/H1N1v bat son plein et qu'en ce onze novembre 2009, veille de l'ouverture des centres de vaccination, les autorités font un forcing médiatique sans précédent pour que le fiasco annoncé ne devienne réalité, la Santé Publique française continue de se morfondre dans ses mauvais chiffres.


On peut certes se glorifier d'une espérance de vie française à la naissance qui nous met dans le peloton de tête des palmarès mondiaux, pour les femmes uniquement (84,3 ans en 2008), mais il n'en reste pas moins que notre société, que tout le monde nous envie selon la formule consacrée, souffre de maux peu glorieux.


La violence de la société française.

Les statistiques des morts violentes dans le monde telles qu'elles sont rapportées par Jean-Claude Chesnais dans L'histoire de la violence et, plus précisément dans Population et sociétés, montrent en 2003 que le taux de mortalité violente en France (75/100 000 habitants) était loin devant celui des Etats-unis où le taux n'est que de 55, ce qui représente respectivement 8 % et 6 % du total des décès. Ces chiffres sont à comparer avec ceux de l'Allemagne (41) et du Royaume-Uni (33).
Il faut bien entendu éclairer cette statistique (et je le fais à partir d'un livre passionnant pour de multiples autres raisons qu'a écrit Paul Yonnet en 2006 : Famille I : Le recul de la mort). La mort violente est une mort "non naturelle", provoquée par une intervention volontaire (soit d'autrui : homicide, soit de soi-même : suicide), ou par une cause extérieure brutale , appelée accident (de transport et domestique). On comprend mieux. En effet le taux d'homicide en France est identique et aussi bas que celui du Royaume-Uni : 0,7 / 100 000. Rappelons que le taux de suicide en France est de 17,5 / 100 000 ! [nous reviendrons un jour sur ce fait qui peut être expliqué par un contre sens fondamental que formule la psychiatrie française d'obédience freudienne sur l'ontologie suicidaire. Bien que nous soyons au pays d'Emile Durckeim !]
La surmortalité française évitable.
La France est aussi très bien placée, si l'on peut plaisanter, pour ce qui est de la mortalité évitable : 42 000 morts par an selon Gérard Dubois in La Recherche. Il est évident que l'on pourrait gloser à l'infini sur les raisons françaises de ce fait. L'autoflagellation étant un sport national dans notre pays, autoflagellation qui n'est parfois qu'une attitude prétexte à ne pas envisager les problèmes et, éventuellement, à tenter de les résoudre.
Nous ne disons pas ici que les Autorités et que les différents intervenants sociétaux "ne font rien".
Il semble même, et l'exemple de H1N1 en est une démonstration éclairante, qu'on pourrait les gratifier du contraire. Ce qui manque en France, et pardon d'être aussi catégorique, mais vous verrez que je reste dans les généralités, c'est aussi très français, n'est-ce pas ?, ce sont des recherches en amont (une épidémiologie et une pharmacoépidémiologie de niveau scientifique acceptable), des politiques de Santé Publique qui ne soient pas les paravents médiatiques de l'immobilisme, des organismes indépendants de contrôle, des moyens adaptés aux politiques de santé et non pas des moyens logistiques et humains s'adaptant aux structures préexistantes incompétentes par nature, des suivis par des organismes indépendants et des rapports finaux qui tiennent compte des données modernes du coût utilité, par exemple.
Vaste chantier.
Et nous n'avons pas parlé des lobbies, des conflits d'intérêts, des incompétences et du politique comme seul axe de santé publique.
A vos critiques.

lundi 2 novembre 2009

GRIPPE A/H1N1v : REFLEXIONS SUR LA GRIPPE SAISONNIERE

Toute la littérature parue sur la grippe A/H1N1v semble éclipser tout ce qui a pu être écrit sur la grippe saisonnière dont on nous dit qu'elle "tue" 3 à 5000 personnes en France.

Pourquoi ces 3 à 5000 personnes semblent n'impressionner personne ?

J'ai déjà écrit ici ce que ces morts saisonnières qui paraissaient hier si "acceptables" aux yeux de tous (une sorte de fatalité) deviennent tout d'un coup inacceptables à nos yeux alors que les 38 morts de la grippe A/H1N1v occupent tout le monde.

Pardonnez ma naïveté mais je me pose désormais les questions suivantes sur la grippe saisonnière :
  1. Est-ce que ces 3 à 5000 morts sont vraiment réelles ?
  2. Dans cette épidémie A/H1N1v on apprend par les réseaux du GROG ou par Sentiweb qu'environ moins de dix pour cent des syndromes grippaux cliniques identifiés en période épidémique étaient dus au fameux virus variant, les autres syndromes (plus de 90 %) étant liés à des adénovirus, des rhinovirus, des picnovirus... Est-ce que cela ne serait pas non plus le cas en cas de grippe saisonnière ? Il est vrai que désormais on en est à un taux de 50 % à quelques jours du pic épidémique.
  3. Les diagnostics par excès de grippe saisonnière devaient donc être légion.
  4. Les laboratoires vaccineurs ont obtenu que la vaccination contre la grippe saisonnière soit devenue une habitude et un "droit" pour les personnes âgées de plus de 65 ans et pour les "grands" malades. Mais n'est-ce pas encore une mystification ?
  5. Depuis le temps que la vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée en France, combien d'études de qualité sont apparues pour nous informer d'une baisse de la mortalité et de la morbidité ? Zéro.
  6. Quant aux essais internationaux j'ai déjà montré ici qu'ils n'étaient pas très enthousiasmants.
  7. Ainsi donc n'y aurait-il pas autant de morts dues à la grippe saisonnière. Les chiffres incertains ne seraient pas seulement le témoin de la faillite de notre système d'épidémiovigilance (dont on a vu les performances au moment de la canicule) mais aussi une volonté délibérée des vaccineurs de laisser le doute continuer, ce doute profitant à la vaccination.
Il paraît urgent de s'occuper de la grippe saisonnière, de savoir si les chiffres avancés sont vrais ou non, de s'interroger sur l'efficacité du vaccin et de savoir pourquoi le doute est entretenu sur l'étiologie vraie des syndromes grippaux ?

Qui réagit ?

dimanche 1 novembre 2009

GRIPPE A/H1N1v : LES PHASES II SONT DEVENUES SAUVAGES

Les Autorités mondiales de la vaccinologie ne sont pas d'accord entre elles et, pendant la vaccination de masse, les études continuent (ou n'ont jamais commencé) !

Je précise, pour les non spécialistes des Autorisations de Mise sur le Marché (AMM), que la phase II du développement d'un médicament, qui succède à la phase I et qui précède la phase III (permettez ce truisme qui n'est pas sans importance pour la suite de mon message), consiste, entre autres, à déterminer la biodisponibilité du médicament en question et à en fixer la posologie. Cette Phase II consiste à administrer la substance prétendument active chez des patients volontaires.

Cf. Wikipedia pour un résumé simple.

Or, alors que la campagne de vaccination contre A/H1N1v a commencé chez les professionnels de santé hospitalier en France et qu'elle commencera demain chez les libéraux, les avis d'experts divergent sur le nombre d'injections et sur la séquence d'injections par rapport à la vaccination contre la grippe saisonnière.

Les faits :
  1. l'Organisation Mondiale de la Santé a décidé qu'il n'y aurait qu'une injection de vaccin contre la grippe A/H1N1v et qu'il est possible de la pratiquer le même jour que la vaccination contre la grippe saisonnière.
  2. L'Agence Européenne du médicament recommande deux injections et préconise de les faire précéder (21 jours avant) de la vaccination contre la grippe saisonnière.
Les experts, qui n'en sont pas à une contradiction près, et qui raisonnent en fonction de leurs intérêts nationaux et autres particuliers, pourraient-ils accorder leurs violons ?

Que font Bachelot Houssin Weber ?

Voilà encore un exemple de précipitation désordonnée et de croyance unilatérale en l'innocuité d ela vaccination et, surtout, à son efficacité.

jeudi 29 octobre 2009

GRIPPE A/H1N1v : URGENCES



On me dit que les urgences des hôpitaux et que les samu sont débordés.
On me dit que les urgences des hôpitaux et que les samu appellent à l'aide.
Il y a trop de monde.
Il y a trop de patients qui pensent avoir (ou qui ont, mais on ne le saura jamais pour la plupart d'entre eux) une grippe porcino-mexicaine et qui appellent à l'aide.
On me dit que les centres de vaccination contre la grippe porcino-mexicaine peinent à recruter des volontaires.
On me dit que les circulaires de fonctionnement des centres de vaccination contre la grippe porcino-mexicaine sont tellement compliquées qu'elles mériteraient une médaille d'or aux Jeux Olympiques de la bureaucratie... Dernière nouvelle : c'est en ligne ! Vous pourrez vous délecter.
On me dit que les médecins généralistes vont être réquisitionnés par l'autorité préfectorale pour pallier le manque de vaccineurs.
On me dit que les médecins généralistes ont été (et continuent d'être) considérés comme de la merdre par le trio BHV (Bachelot - Houssin - Weber).
Que les services d'urgence, que les samu, que les centres de vaccination se débrouillent !
Nous, les médecins généralistes de base, accusés de ne pas assurer les urgences en travaillant en moyenne 60 heures par semaine, avons-nous été consultés lors de la mise en place du plan grippe porcino-mexicaine ?
Nous, les médecins généralistes de base, accusés de ne pas assurer les urgences en travaillant en moyenne 60 heures par semaine, devrions-nous aussi traîner nos guêtres aux urgences, réguler dans les centres 15 et vacciner à nos moments perdus ?
Nous les médecins généralistes de base, accusés de ne pas assurer les urgences en travaillant en moyenne 60 heures par semaine, pourquoi aurions-nous soudain besoin de nous ? Nous sommes des bobologues attitrés, nous sommes des feignants, nous sommes des libéraux, nous sommes des profiteurs, nous sommes des nuls : laissez-nous tranquilles !
Est-ce que Madame Bachelot a déjà vu un médecin généraliste qui travaille en cabinet à plein temps ? Est-ce que Monsieur Houssin a déjà vu un médecin généraliste qui lit autre chose que le Quotidien du Médecin ? Est-ce que Madame Weber a déjà vu un médecin généraliste qui sait ce qu'est une phase II vaccinale et qui n'a pas besoin du cesam pour lire un compte rendu statistique d'étude ?
Vous vous débrouillez !
Vous nous laissez tranquilles !
Vous nous avez méprisés, vous ne nous avez jamais lus, vous avez toujours pensé que nous faisions autre chose que de la médecine noble : Débrouillez-vous !
Vous avez attiré les malades vers les urgences, vous avez tout accepté aux urgences, vous n'avez pas voulu collaborer avec les libéraux dans un cadre institutionnel : Débouillez-vous !
Au lieu de réquisitionner des médecins généralistes, Mesdames et Monsieur BHV, réquisitionnez des spécialistes : douteriez-vous du fait qu'ils sachent vacciner ?
Réquisitionnez des spécialistes nobles, leurs malades peuvent attendre, réquisitionnez des spécialistes qui refusent la CMU, réquisitionnez des spécialistes qui font des dépassements d'honoraires systématiques, réquisitionnez des spécialistes qui demandent des dessous de table, réquisitionnez des spécialistes qui font des conférences pour promouvoir les traitements hormonosubstitutifs de la ménopause, réquisitionnez des spécialistes qui prescrivent des médicaments anti ostéoporose à tire-larigot, réquisitionnez des spécialistes qui prescrivent les nouvelles spécialités non validées, réquisitionnez les spécialistes qui pratiquent un frottis vaginal tous les ans, un ECG tous les trimestres, réquisitionnez les spécialistes qui prescrivent des pilules oestroprogestatives thromboemboligènes...
Il y a du boulot.
Laissez-nous tranquilles !

dimanche 25 octobre 2009

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A/H1N1v : JUSQU'AU BOUT !

Le Monde du 24/10/09 : "Neuf Isérois ont déposé plainte contre X..., vendredi 23 octobre à Grenoble, dénonçant la campagne de vaccination contre la grippe H1N1 comme 'une véritable tentative d'empoisonnement'. Cette plainte a été remise au doyen des juges d'instruction de Grenoble..." Et l'avocat des plaignants d'ajouter : "Le but est d'arrêter ce que nous considérons comme un empoisonnement... L'intérêt de cette action est que des gens en France aient une attitude citoyenne et disent publiquement : nous avons compris que la vaccination est une arnaque."
Voici ce que disent les Autorités, selon Le Monde : "... les vaccins H1N1 arrivant sur le marché sont des produits nouveaux pouvant provoquer des effets indésirables inattendus, qui devront faire l'objet d'une surveillance, mais elles estiment que les avantages d'une vaccination l'emportent sur les risques éventuels."
Quelques réflexions :
  1. La propagande vaccinale bat son plein et, toutes choses égales par ailleurs (la pertinence ou non de la vaccination), la population française n'aime pas la propagande.
  2. Le gouvernement de la France vaccinale, Bachelot - Houssin - Weber (BHV), est lancé dans une aventure qui peut être assimilée à un semi remorque sans freins qui dévale une route pentue qui débouche sur une station service...
  3. La plainte de ces citoyens isérois se heurtera à l'avis des experts désignés par la Justice : mais est-il possible en France à un magistrat de nommer comme expert un virologue clinicien qui n'ait pas touché un jour ou l'autre un cent de l'industrie pharmaceutique ?
  4. Est-il possible qu'un seul des experts qui conseille le trio infernal BHV puisse avoir un avis indépendant ?
  5. Madame Bachelot commence à s'impatienter et à comprendre que son plan Grippe part en lambeaux. Elle déclare donc depuis quelques jours, et sur un ton comminatoire, que les professionnels doivent se faire vacciner, que c'est un devoir citoyen, qu'ils sont des enfants gâtés, qu'ils devraient se rappeler le temps où l'on ne vaccinait pas et où les malades mouraient de tuberculose (exemple terriblement mal choisi puisque l'on connaît l'inefficacité manifeste du BCG... qui n'est plus obligatoire en France).
  6. Les experts des différents comités ad hoc, ceux-là mêmes qui ne déclarent pas ou imparfaitement leurs conflits d'intérêts, stigmatisent les officines anti vaccinales qui pulluleraient sur le net. Ils oublient que la majorité des professionnels de santé qui demandent des explications sur le vaccin H1N1 vaccinent dans leurs cabinets les nourrissons, les enfants, les adultes, contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, et aussi contre l'haemophilus et contre le pneumocoque, la rougeole, la rubéole et les oreillons ... Ainsi, laisser penser que les professionnels de santé qui doutent de l'efficacité de la vaccination contre la grippe saisonnière et de l'efficacité et de l'innocuité de la vaccination contre la grippe A-nouveau variant-, sont des illuminés et des millénaristes, est une imposture : cela signifie que le trio BHV et ses suppôts, les experts officiels, ne comprend rien à la mise au point de nouveaux médicaments, confondre le dose ranging de la phase II (combien d'injections) avec la phase IV (après commercialisation), penser que le système de pharmacovigilance français est au point et penser que les médicaments, c'est du tout ou rien. Il y a des antiinflammatoires dangereux qui ont été retirés du marché et cela n'empêche pas que l'on continue d'en prescrire avec un bénéfice / risques acceptable.
  7. Il est même certain que la majorité des médecins qui doutent du vaccin H1N1 vaccinent sans se poser de questions contre l'hépatite B alors que nous avons exprimé ici des doutes sur ses effets indésirables, sclérose en plaque en particulier.
  8. Comment faire confiance à la branche pharmacovigilance de l'AFSSAPS, celle-là même qui est passée à côté de tous les retraits de produits décidés internationalement, celle-là même qui, deux jours avant le retrait mondial du Vioox, trouvait le produit tout à fait sûr ?... Mais il est vrai que les "pharmacovigilants" de l'AFSSAPS dépendent des déclarations d'effets indésirables provenant des professionnels de santé français qui sont particulièrement muets...
  9. Madame Bachelot s'énerve car l'organisation des centres de vaccination par le Ministère de l'intérieur est un fiasco : pas assez de volontaires et il sera nécessaire de réquisitionner... Ces centres de vaccination sont la quintessence de l'esprit administratif jacobin centralisateur français : on décide d'en haut, on met les professionnels de santé devant le fait accompli et sans les impliquer, on pond des circulaires inefficaces et mal rédigées, on charge un Ministère (Intérieur) qui ne sait pas ce qu'est un professionnel de santé avec des préfets dont la compétence sanitaire est pour le moins douteuse et qui ne peuvent qu'appliquer les instructions... Un système qui dépend de la CPAM pour l'envoi des premières convocations aux patients sélectionnés (CPAM dont on connaît depuis des années l'efficacité administrative), une CPAM qui va envoyer des convocations chez des patients dont on ne connaîtra pas le statut vaccinal (il faut théoriquement attendre 21 jours entre les vaccinations grippe saisonnière / grippe A). Quant aux contre-indications, aux traitements concomitants, nul doute que les administratifs, les élèves infirmiers et les étudiants en médecine seront au top pour les prendre en compte.
  10. Je ne sais pas qui sont ces citoyens isérois mais ils vont savoir ce qu'est de s'opposer à la propagande gouvernementale et à son administration !

Cher BHV, nous demandons simplement que le prétendu Principe de Précaution, qui ne s'applique pas à lui-même, ne conduise pas à des décisions marquées par la partialité, les intérêts particuliers et le mépris des procédures. Que le Comité Technique des vaccinations, propos repris par la grande revue Prescrire, conseille quand même de vacciner des femmes enceintes avec un vaccin adjuvé me paraît ahurissant. Que l'on propose la vaccination des enfants sains de moins de deux ans alors que dans la grippe saisonnière le vaccin, chez ces mêmes enfants, n'est pas plus efficace qu'un placebo : cf. Cochrane...

Conflit d'intérêt : j'ai assisté la semaine dernière à une réunion sur la grippe A organisée par l'Association des Professionnels de Santé du Val Fourré avec buffet payé par GSK

jeudi 22 octobre 2009

ENTITLEMENT : LES MEDECINS SE PLAIGNENT TOUT LE TEMPS SANS SE RENDRE COMPTE DE LEUR CHANCE

Une médecin canadienne, professeur d'Université à Vancouver, Erica Frank, Department of Health Care and Epidemiology and Department of Family Practice, raconte dans le British Medical Journal (article disponible sur abonnement) combien le sens de l'entitlement des médecins la dérange. Et moi je conçois combien il est difficile de traduire en français le mot Entitlement.

Voici les faits.

Premier épisode. Cela se passe dans un taxi après une journée de travail au congrès de l'American Medical Association. Elle est assise avec des collègues qui se plaignent, comme ils le font souvent, de leurs conditions de travail et de leurs honoraires et du fait, ajoute-t-elle, comme le répètent souvent les médecins américains, qu'ils ne se sentent ni estimés ni récompensés à leur juste valeur. Au bout de dix minutes de trajet elle leur dit : "Comment pouvez-vous vous plaindre de cette façon devant un chauffeur de taxi ?" Silence inconfortable.

Deuxième épisode. Cela concerne une amie intime d'Erica Frank qu'elle décrit ainsi : ce médecin consulte dans un grand hôpital auprès d'une clientèle provenant de milieux défavorisés. Mon amie est issue d'une famille aisée, a reçu la meilleure formation médicale, elle est agréable, compétente et jolie. "Ce matin, lui dis-je en parlant avec elle, j'ai vu un employé de péage et j'ai pensé combien j'étais contente de ne pas faire ce métier et combien ce travail devait être déplaisant : respirer un air pollué, avoir des relations superficielles, instantanées et probablement souvent négatives et sans remerciement, avec des gens, n'avoir aucun contrôle sur son activité qui pourrait très bien être remplacée par une machine, n'avoir aucune possibilité d'avancement, être mal payé, et cetera, et cetera... Et mon amie m'a dit : "Tu ne comprends pas. Cette personne n'est même pas de ma Classe !" Et le mot classe avait une majuscule ! Je savais que mon amie, poursuit Erica Frank, avait passé la plupart de sa carrière à traiter les démunis, souvent au prix d'un sacrifice personnel et qu'elle avait entraîné d'autres à le faire. Elle l'avait fait par compassion et avec sérieux et il était difficile pour moi de rapprocher cela de sa réflexion.

Et notre Erica d'ajouter, désemparée : "Est-ce que c'est cela ce sens apparent d'entitlement ? Est-ce que c'est spécifiquement nord-américain ? Est-ce que c'est dû à un excès de travail ?"

Il faut lui dire, à Erica, qu'il n'y a pas que les médecins nord-américains qui sont comme cela, et que l'entitlement existe aussi par ici et sur de nombreux forums médicaux qui ne sont pas heureusement lus par les chauffeurs de taxi ou les employés des péages. Seuls les médecins ont le droit d'y écrire et de les lire.

Et elle ajoute :"Peu importe la raison, mais le phénomène d'entitlement semble même atteindre nos désirs de bien-être. En dépit du fait que les médecins bénéficient d'une espérance de vie supérieure à la moyenne et exercent un métier stimulant et rentable, ils sont plongés dans la 'woe are we' attitude [ce qui pourrait se traduire en français par une attitude pleurnicharde] comme s'ils n'en avaient jamais assez." Et aussi : "Nous avons besoin, nous les médecins, de sentir que nous avons le droit d'être respectés, satisfaits et comblés durant toute notre vie parce que nous avons travaillé si dur et que nous le méritons. Ce besoin est fondamental dans les aspirations humaines mais pourquoi le mériterions-nous plus que d'autres, notamment plus que ceux exerçant des métiers ingrats ou ennuyeux pour assurer une existence modeste à leur famille ?"

Comment traduire entitlement selon vous ? Littéralement c'est un droit mais, dans cet exemple, la conviction que tout nous est dû.

Voici la définition en anglais d'entitlement trouvée dans Wikipedia : Entitlement is a guarantee of access to benefits because of rights or by agreement through laws. It also refers, in a more casual sense, to someone's belief that one is deserving of some particular reward or benefit."

[Grand merci à AP pour la traduction de entitlement et woe are we attitude]


vendredi 16 octobre 2009

LA GRIPPE A VUE SUR LE TERRAIN - HISTOIRES DE CONSULTATION : QUINZIEME EPISODE

Monsieur D, 64 ans, a consulté un médecin de garde car il n'a pu me joindre mercredi en huit. Il se sentait "grippé" et présentait sans nul doute un syndrome grippal gouvernemental : fièvre > 38°, toux, courbatures.
Ce patient, à part le fait qu'il est hypertendu, n'a aucun antécédent majeur.
Le docteur de garde l'a "bien" examiné et lui a dit, tout de go, qu'il avait la grippe A.
Je parle bien entendu sous le contrôle du patient. Ce qui est une précaution élémentaire.
Quid du devenir de ce patient étiqueté grippe A ?
Prescription de tamiflu pendant cinq jours, de paracétamol et de biocalyptol. Prescription d'un prélèvement au laboratoire pour "savoir si c'est bien la grippe A". Prescription de masques chirugicaux et conseils vis à vis de la famille.
Le malade revient me voir le mercredi suivant, apparemment guéri et apyrétique. Il me raconte l'affaire dont le point le plus piquant est que lorsqu'il est allé chercher les résultats de l'examen au laboratoire (sans masque), il était déjà apyrétique et "bien portant" et, cerise sur le gâteau, le test était négatif.

Qu'est-ce qui a cloché dans cette affaire ?
  1. Il n'est pas possible, cliniquement, de dire à un malade qu'il a la grippe A
  2. Les prélèvements analysés par un laboratoire de ville ne peuvent faire le diagnostic de grippe A car les kits testent un composé de virus dont le H1N1 de la grippe A.
  3. Les laboratoires de ville qui font cela sont des escrocs et les vendeurs de tels kits sont des escrocs également.
  4. Le tamiflu a guéri un malade hors Autorisation de Mise sur le Marché puisque le patient / malade n'avait pas la grippe !
  5. Il s'agit, à n'en pas douter d'un épisode de la Stratégie de Knock dans sa version "Etendre le champ de la maladie à des gens presque bien portants"
  6. Mon confrère a dû péter les plombs
En résumé, chers patients qui n'êtes pas encore malades ou chers malades qui êtes encore des patients, ouvrez les yeux et les oreilles sur ce que vous racontent les médecins.

jeudi 15 octobre 2009

LES AUTORITES VACCINALES MENTENT OU NE SAVENT PAS S'EXPRIMER

J'ironisais dans mon dernier message sur la prochaine "élection" de Jean Sarkozy comme président de l'Etablissement Pour l'Aménagement de la Vaccination (EPAV) mais j'étais loin du compte.
Le visionnage de la Conférence de presse qui s'est tenue le huit octobre 2009 sous l'autorité de Houssin, Floret, Marembert et Peronne m'a rendu songeur sur l'état de mauvaise foi caractérisée et sur la confusion d'esprit de nos élites vaccinales : pour voir plus d'une heure de spectacle : ici.
Je voudrais que vous puissiez trouver le temps de visualiser la video.
Quelques remarques :
  1. DOCTEURDU16 D'OR : Professeur Floret, président du Comité Technique des Vaccinations. Il bredouille, il confond vingt fois adjuvé et non adjuvé et se trompe souvent. Après l'avoir écouté il est difficile de savoir si les adjuvants sont ou non dangereux bien qu'on sente qu'il est intimement persuadé qu'ils sont sans danger. Vous pourrez l'écouter entre la minute 19 et la minute 27. Il est désolé des études contradictoires qui indiquent pour l'une qu'il ne faut pas vacciner avant contre la grippe saisonnière et l'autre qu'il le faut. Il se lance dans un plaidoyer contre les études cas-témoins. En fait il ne sait rien : a) puisque la vaccination saisonnière a commencé, il faut continuer ; b) nous n'avons pas de données concernant les dangers des vaccins adjuvés notamment chez les femmes enceintes et les petits nourrissons mais si la pandémie se déclenche (?) et que les vaccins non adjuvés ne sont pas disponibles on vaccinera quand même les femmes enceintes et les petits nourrissons avec le vaccin adjuvé. Une seule contre-indication vraie : les SEP et les lupus (tiens, tiens, ce seraient des maladies auto-immunes ?).
  2. DOCTEURDU16 DE VERMEIL : le professeur Perronne, du Haut Comité de la Santé Publique qui est le champion de la langue de bois et des lapsus révélateurs. Perronne sait tout et dit tout. Je cite presque ses mots : même mortalité pour la grippe pandémique que pour la grippe saisonnière : nous ne sommes pas inquiets (rappelons qu'il y a entre 3 et 5000 morts par an en France, une paille) ; pas d'effets secondaires avec les vaccins adjuvés (?????), le thiomersal est sûr, les squalènessont des produits naturels (CQFD) ; l'intérêt des adjuvants : réactions croisées possibles avec d'autres virus ce qui serait génial en cas de mutation ; les travaux n'ont pas été faits "sur des coins de table" ; il y a 70 fois plus de Guillain-Barré avec la grippe qu'avec le vaccin antigrippal (il sort cela de quel coin de table) ; les pseudo complications vaccinales de type immunitaire (c'est à dire par exemple SEP et lupus) vont forcément apparaître car le nombre de gens vaccinés fera que ceux qui devaient les faire "naturellement" l'attribueront au vaccin [Christian Perronne est quand même un grand mystificateur et il le sait. Je suis confondu par tant de cynisme. Commentaire supplémentaire : l'augmentation du nombre de SEP inscrites au tableau des Affections de Longue Durée après la vaccination de masse contre l'hépatite B ne peut être due qu'à la volonté délibérée des maladies auto-immunes de se déclarer à cette période !] ; c'est grâce au tamiflu qu'il y a eu peu de morts en Australie chez les patients admis en réanimation [il semble que l'on ait au contraire constaté que beaucoup de malades non graves avaient été "réanimés", ce qui explique plutôt le faible nombre de décès] ; les prévisions épidémiques qui vaient été faites n'ont heureusement pas été vérifiées mais les prévisions de deuxième vague encore plus pessimistes tenaient compte de la vaccination de masse, ce qui justifie cette vaccination de masse !
  3. DOCTEURDU16 DE BRONZE : Marimbert de l'AFSSAPS : nous avons plus de données que les Américains sur la sécurité des vaccins ! Notre pharmacovigilance est au top !

On apprend également que les Américains n'ont pas mis d'adjuvants car les essais ont été faits à partir du vaccin saisonnier plus immunogène alors qu'en Europe (les génies) le développement a été fait à partir du virus aviaire.

Fermez le ban !

Je ne parle pas des journalistes qui ont servi les plats.

Commentaire JCG : le principe des centres de vaccination avec des masses de "citoyens" vaccinés en même temps favorisera par la simple loi des nombres et par une probable réaction mimétique le nombre de malaises et autres incidents (qui n'arrivent jamais selon Floret, Marimbert et Perronne) et un affolement prévisible des populations et ce, d'autant plus, que les vaccineurs seront étudiants infirmiers et étudiants en médecine...

Qui vivra verra.